"Méfiez-vous d’une personne qui n’applique pas à elle-même ce qu’elle attend des autres. Les doubles standards sont un aspect très important de la vie d’un manipulateur." On a vu avec le bombardement avant-hier de Raffa à Gaza par l’armée israélienne, avec la mort de 45 enfants, femmes et innocents civils avec l’aide de Washington, le double standard dont parle l’auteure, Caroline Bréhat, avec la guerre en Ukraine, et la virulence et la violence du soutient de Washington avec 250 milliards de dollars, pour aider l’Ukraine contre l’agresseur russe, mais soutenir l’agresseur israéliens contre les civiles Palestiniens, moins de 2 ans, plus tard. Un autre exemple de double standard, cette fois-ci, en France avec les colonies aux 4 coins du monde en 2024, mais avec des leçons de morale et de respect du droit international fait par la France à la Chine, tout en oubliant le sort de ses colonisés, toujours privés de liberté en Nouvelle Calédonie et qui sont obligés de tout brûler sur leur île pour faire entendre à Paris son cri de détresse d’un oiseau en cage. Comment la France qui accuse la Chine de génocide des Ouïghours, explique-t-elle comment les Kanak qui étaient plus de 60% du corps électorale de la population Calédonienne il y a 40 ans, ne sont plus que 40% du corps électoral de de l’île du Pacifique en 2024, alors que ce sont eux qui font plus d’enfants et que les nouveaux arrivants ne sont pas comptabilisés dans ces calculs ? Selon Paris, où sont passés les Noirs qui habitaient en majorité l’île africaine de la Réunion ? En 1709, la Nouvelle‐France (Québec) adopte des lois qui légalisent l'esclavage et définissent les esclaves Noirs capturés en Afrique, comme étant des biens.
Lire le contenu