L'ambassadeur du Mali en Algérie, a compris ce que beaucoup d'autres dirigeants africains n' ont pas encore compris : aucun pays africain ne viendra à bout du chômage de masse des jeunes sans passer par la production industrielle de masse, qui réponde aux besoins immédiats de la population concernée. Nous avions déjà mis les pays de l'AES comme cibles pour devenir nos sites de production, mais lorsque l'invitation arrive d'en haut, des autorités, cela prend une autre ampleur et une autre motivation pour permettre à la seule expérience de vraie souveraineté des peuples noirs, puisse devenir un succès. Ils sont nombreux les ennemis surtout internes et les nouveaux chasseurs d'esclaves africains tous tapis dans l'ombre qui espèrent que les expériences de liberté des pays de l'AES échouent pour justifier la main mise des prédateurs français sur certains de l'Afrique subsaharienne. Ils ont peur que leur succès ne serve d'exemple pour les autres et nous sommes là justement pour tout faire afin qu'ils réussissent.
Lire le contenu