Cette photo, C'était il y a très longtemps, au cœur d'un pays très religieux, très chrétien, le pays qui abrite depuis 2.000 la capitale de la christianité, l'Italie. Quand je militais, dans la jeunesse catholique italienne et plus précisément dans la Fédération des Universitaires Catholiques Italiens (FUCI), c'était quand ceux qui aujourd'hui, veulent m'expliquer Dieu et son fils Jésus, n'était même pas encore nés. Quand ils n'étaient même pas conçus, je parcourais la terre des chrétiens pour retrouver les traces de Saint François d'Assise, jusqu'à sa grotte de la Verna, j'allais au Monastère de Santa Maria della Pace de Norcia, à San-Giovanni Rontondo prier Padre Pio, j'allais avec mon groupe prier celle qu'on appelait à l'époque, l'avocate des « causes désespérées », Santa Rita de Cascia, de son vrai nom, Marguerite Lotti né en l'an 1381 et morte le 22 mai 1457 et canonisée le 24 mai 1900, par Léon XIII. J'ai fait longtemps les études bibliques, pour arriver à la conclusion que Dieu, Jésus, le catholicisme sont des traditions européennes que je n'aurais jamais connues si L'Allemagne ne les avait introduites dans mon pays le Cameroun, comme instrument pour endormir les âmes et les rendre corvéables à volonté et à perpétuité. Quel est ce Dieu qui sauve l'Europe pendant 1500 ans et ne se souvient de l'Afrique que le jour d'aller la torturer, l'esclavagiser ? J'ai fait tous ces tours, toutes ces études bibliques, pour apprendre chaque ligne de la bible, la signification de chaque paragraphe, de chaque verset, et puis, une fois devenu un peu plus sage avec l'âge, je me suis demandé, comment font des adultes à croire à ce Père Noel nommé Jésus ? Comment fait un Africain pour laisser sa tradition pour aller singer celle des Européens ou des Arabes ? Avant de me dire que je ne comprends pas telle ligne de la bible, demande-toi, si tu n'es pas déjà assez ridicule de prier le Dieu de quelqu'un plus que lui-même. Aucun Dieu ne va te sauver, parce qu'il n'existe pas. Aucun Jesus ne te sauvera parce qu'il n'a jamais existé.
Lire le contenu