Dire que la Chine ne veut pas la guerre en Ukraine, c’est encore raisonner comme Clinton, qui ne voyait qu’une partie de l’équation Chine, qui selon cette manière de penser, ne serait pas assez intelligente pour comprendre que c’est dans son intérêt une défaite de l’Occident en Ukraine, car cela réduirait son agressivité contre la Chine sur la question de Taiwan. Sauf que, ce n’est pas parce que les Occidentaux sont capables de voir toute l’équation que la Chine les suit dans l’ignorance et l’incohérence. C’est ce qui va expliquer que quelque soient les prévisions et les anticipations des Etats-Unis dans les différentes guerres au Vietnam, sans prendre en compte que la Chine soutiendrait en secret le Vietnam du Nord, l’Afghanistan, l’Irak ou même la Libye, finit toujours en queue de poisson, c’est-à-dire, sans issu. Adam Smith nous l’a dit au début de cette analyse : l’Européen, l’Américain du Nord croit qu’il est le seul qui réfléchit, il est convaincu qu’il est et restera à jamais, le seul intelligent. En réduisant en esclavage l’homme Africain, il n’a pas anticipé qu’un jour, cet esclave lui demanderait des comptes. Il s’est convaincu que le monde resterait figé, lui au-dessus et tous les autres en dessous. Il n’a même pas vu la Chine arriver pour reprendre sa place qu’elle lui avait temporairement, laissée. Et là, il réagit en criant de tous les côtés. Il ne sait pas combien, il est ridicule aux yeux de toutes ses victimes. Parce qu’il ne comprend pas que le seul fait de s’opposer à lui est un vrai ciment, pour tout le reste de l’humanité, tellement il a causé des dégâts. C’est ce reste du monde qui espère en silence le succès de la Russie en Ukraine et le succès de la Chine en économie, pour rétablir finalement après 500 ans, cette justice volée dont parlait Adam Smith, il y a 248 ans, en 1776, l'année même de l'indépendance des Etats-Unis.
Lire le contenu