Il est fréquent d'entendre de nombreux intellectuels africains dire que l'Afrique a des matière premières énergétiques et surtout, les matières premières minières. Et si chacun avant de parler, prenait la peine d'analyser chaque fragment de pierre des cours d'eau et des montagnes de nos villages avant d'annoncer que nous en sommes fiers ? Et si chacun, communiquait à nos états tous les résultats de ses propres recherches, pour permettre à nos gouvernements africains de posséder plus de bonnes informations, pour prendre les décisions qui vont dans le sens de l'intérêt général ? En tout cas, c'est ce que fait depuis 13 ans, l'Institut d'Etudes Géostratégiques (ieg) que je dirige des résultats de nos recherches sur la botanique et la géologie des zones où nous sommes installés avec nos plantations au Cameroun, communiqués aux autorités locales compétentes camerounaises.
Lire le contenu