Il est question de ne pas se limiter à soutenir ces pays avec la bouche, au moment où nos ennemis tapis dans l'ombre espèrent de vive chœur qu'ils échouent pour justifier que la route entreprise n'est pas la bonne. Avec le frère Mbog Mbassock, on a mis de côté nos divergences sur l'Égypte Antique et les théories scientifiques endogènes africaines, pour passer à l'essentiel et montrer de quoi chacun de nous est capable, pour venir en 'aide concrètement à nos frères et sœurs Maliens, Burkinabe et Nigeriens. Personne ne sait ce que cela donnera, mais il vaut mieux agir pour échouer que de ne rien faire du tout. Puisque le Cameroun n'a pas besoin de nos compétences respectives, nous les mettons au service d'autres pays africains qui en ont besoin.
Lire le contenu