Pendant ce temps, les intellectuels africains sont perdus dans les élucubrations d'expliquer comment ils ont trouvé un médicament miracle contre le cancer ou contre le venin du serpent. Nos intellectuels, tous créationnistes (chrétiens et musulmans) ou égyptologues croient en bonne foi aux miracles. Ils sont convaincus qu'ils peuvent obtenir sans effort financiers et scientifiques les résultats que les scientifiques du monde entier mettent des années et beaucoup d'argent pour atteindre. La science ne progresse qu'à travers les personnes qui se cultivent pour au minimum savoir tout ce que les autres ont trouvé et comment ils ont procédé pour y arriver. A quoi cela vous sert de savoir comment on utilise un âne pour parcourir 100 km, alors que tu as à côté une voiture pleine de carburant pour faire 1000 km ? C'est comme ça que marche la science. Un inculte ne peut rien trouver, parce qu'il n'a pas conscience de son ignorance et donc, il n'a aucune idée de la gravité de cette ignorance. Arrêtez de breveter les choses qui sont dans le domaine public depuis 2 siècles et qui est déjà à la portée de tout le monde, sauf des ignorants. On ne trouve que parce qu'on cherche. Et on ne cherche que parce qu'on s'est donné les moyens intellectuels et matériels de laboratoire pour y arriver. Je publie de là où les autres sont arrivés afin que chacun de vous s'interroge sur l'ampleur de notre ignorance et surtout de notre inertie, de notre inaction dans la bonne direction pour chercher et espérer trouver. C'est pour évaluer nos propres progrès en recherches scientifiques dans le domaine agricole que nous nous retrouvons demain soir jeudi 29 février 2024 au dîner de mise à jour gratuite à Paris, en marge du Salon de l'agriculture. Nous ferons le point sur nos recherches en Afrique à l'intérieur du collectif des Nouveaux Industriels Africains de la Pougala Academy.
Lire le contenu