A- LES STRATÉGIES POUR TROMPER L'AFRIQUE L'Europe se prépare à importer des bateaux d'eau d'Afrique, oui, mais gratuitement, sans payer. Pour y parvenir, depuis des décennies, plusieurs stratégies sont mises en place et elles marchent plutôt bien :  Faire taire les informations sur la situation calamiteuse du manque d'eau en Europe. Selon l'OMS, 40 enfants meurent chaque jour en Europe de diarrhée à cause de manque d'eau ou de la mauvaise qualité de l'eau.  Matraquage médiatique sur le réchauffement climatique et les conséquences catastrophiques pour l'Afrique. Il arrive que souvent, même des professeurs d'universités africaines, en toute bonne foi, participent à cette mascarade, allant jusqu'à organiser des départements universitaires dont les thématiques sont relatives au réchauffement climatique, ou bien ils organisent des conférences sur ce thème. Et comme l'on pouvait s'y attendre, ces initiatives sont généreusement financées par les dirigeants européens et les ONG qui les accompagnent dans cette initiative de manipulation des cerveaux. Ainsi, selon cette propagande, l'Afrique serait le continent qui souffrirait le plus du prétendu réchauffement climatique, où ses cours d'eau vont sécher, les lacs vont disparaître et, comme conséquence, les Africains vont tout simplement disparaître. Tout ceci est faux, bien évidemment, parce que l'eau dont les Africains ont besoin est souterraine, bien à l'abri de tout changement climatique et il manque juste des moyens financiers pour aller la chercher et la distribuer dans toutes les maisons. La disparition subite des dinosaures montre que notre monde est changeant et qu'à chaque époque correspondent des dominants sans que cela remette en cause la survie même de la planète.  Convaincre les Africains qu'il leur manque d'eau. Avec l'entremise des ONG complices, il est distillé une information fausse dans la tête des Africains selon laquelle l'Afrique manque d'eau, les Africains meurent par millions à cause du manque d'eau, etc. Et même les Nations Unies font partie de la mascarade en multipliant des « conférences » sur ce sujet.
Lire le contenu