Emmanuel Macron ou l'art d'être constamment Hors Sujet. Il réunit hier lundi 26/02/2024, 21 pays pour parler d'Ukraine. On nous avait chanté qu'avec la guerre en Ukraine, Poutine avait réuni la famille européenne. L'Union Européenne c'est 27 membres, où sont donc passés les autres ? Ce que Macron avait à leur annoncer n'était pas si important ? Ah j'oubliais qu'il a inventé une nouvelle expression : "la coalition capacitaire" de Emmanuel Macron, où l'art d'embrouiller pour rester hors sujet. Qu'est-ce que cela veut dire ? Rien bien entendu. Il s'agit de parler pour parler, bavarder pour meubler l'actualité pleine d'images de honte en provenance d'Ukraine qu'on avait pourtant rassurée de la victoire imminente et qu'elle ne voit rien à l'horizon. Alors, Macron joue au prestidigitateur, comme dans un cirque, pour amuser la gallérie, pour entretenir, les âmes candides ingénues, qui avaient cru en toute bonne foi que des pays sur-endettés avec une capacité industrialo-militaire proche du zéro, pouvaient battre la Russie, premier exportateur mondial d'armement. Mais devant un tel déséquilibre, Emmanuel Macron a un totem miracle, qui consiste à répéter en alternant 10 fois en 1 minute ces deux phrases : "La Russie en peut pas gagner la guerre" ! "La Russie ne doit pas gagne la guerre" ! Et vous verrez que la Russie va perdre, même sans rien faire de spécial contre elle. Ou bien je me trompe ? Au Niger, on a dit à Macron : pars ! Il a répondu : je ne partirai pas de Niamey et quelques mois après, il part. Il rappelle son ambassadeur. Il a dû se dire à l'époque qu'il n'avait pas répéter suffisamment en alternant les deux expressions suivantes : "Bazoum est le seul président que je reconnais au Niger" "Les putschistes ne me feront pas partir du Niger, car ce n'est pas eux qui y ont invité la France" Aujourd'hui, il récidive. Les ukrainiens disent : Nous sommes à court de munitions, nous avons besoin de plus d'armements. Et lui, au lieu de leur répondre en envoyant tout ce qu'il a, il fait l'énième conférence pour menacer la Russie en répétant en chœurs ses phrases totems. Les américains demandent à l'Ukraine de choisir quelles villes défendre, par manque d'argent, au lieu de répondre que la France prend le relais des américains en envoyant les 60 milliards de dollars attendus, il continue son cirque.
Lire le contenu