Dans "La Russie et l'Occident : des illusions au désenchantement", Vyacheslav Nikonov écrit : A la fin des années quatre-vingt et au début de la décennie suivante s’est produit l’un des événements les plus inattendus et les plus mystérieux de l’histoire de l’humanité. Une superpuissance – l’Union Soviétique – s’est, de son plein gré, privée de ses alliés et a cédé toutes ses positions sans rien exiger en échange ; puis elle s’est effondrée en donnant naissance à quinze États indépendants. Et Henry Kissinger, de commenter cette tragédie ainsi : « Aucune grande puissance ne s’est jamais désintégrée aussi radicalement et aussi rapidement sans avoir été vaincue par les armes ».  Henry Kissinger, dans "Diplomacy", New York, Touchstone, 1995, p. 763. En Mai 2000, Vladimir Poutine, est élu président la Fédération de Russie, succédant à Boris Eltsine. Le 21 décembre 2021, lors d’une réunion du Conseil des Droits de l’Homme (CDH), le président russe Vladimir Poutine explique comment les Etats-Unis ont créé en Russie, la figure des Oligarques qui ont mis la main sur les entreprises du pays ; il explique que ce sont des espions de la CIA qui ont,  dans les années 90, contribué aux privatisations du système économique en Russie, quelque temps après l’effondrement de l’Union soviétique. Il dit plus précisément : « Des cadres de la Central Intelligence Agency américaine ont travaillé directement en Russie, occupant des postes officiels au sein du gouvernement et travaillé comme conseillers au milieu des années 90 et au début des années 2000 », (…) des spécialistes américains se trouvaient sur les sites d’infrastructures nucléaires : « ils s’y rendaient tous les jours pour y travailler ». (…) « Vous pensez qu’il s’agit d’un cas isolé d’ingérence dans les affaires intérieures de la Russie. Non, il y en a beaucoup d’autres… Tout était sous le contrôle de certains pays ».
Lire le contenu