C'est le même sentiment des européens face aux chinois avec la voiture électrique. Pendant deux siècles, les premiers ont dominé les routes et autoroutes du monde entier, avec des voitures pour une classe de privilégiés. Maintenant, avec la revanche du communisme, la Chine a d'abord aidé à construire des routes dans le monde entier. Et maintenant, c'est l'heure de casser un privilège bourgeois qui datait depuis 2 siècles, l'automobile et le mettre à la disposition de tout le monde. Et puis, maintenant, un nouveau venu comme BYD sans passé illustre, a 630.000 employés, c'est-à-dire, 10 fois plus que Renault, Fiat ou BMW qui sont là depuis bien longtemps. Et comme si ça ne suffisait pas, la Chine contrôle les 75% de lithium et 90% des formules chimiques pour les nouvelles batteries destinées aux véhicules électrique. Voilà ce qui arrive quand on produit plus d'ingénieurs que le monde entier réuni. Si l'Afrique veut faire partie de ce nouveau monde, qu'elle revoit la formation de ses ingénieurs, à comment par la reformulation de tout le programme scolaire depuis l'école primaire. Les solutions éducatives foireuses qui mettent à genoux aujourd'hui, l'Europe devant la Chine dans le secteur de l'automobile et que nous avons fièrement adoptées, feront chez nous aussi, exactement le même effet de faillite programmée qu'on voit aujourd'hui, chez nos maîtres européens.
Lire le contenu