Ces japonaises qui attendent leur tour en regardant ma fille se recueillir à l'autel d'un Temple Shintoïste au centre de Tokyo, ne trouvent en cela rien de bizarre. Puisqu'ici, comme à l'Ouest du Cameroun, chacun n'honore que ses propres ancêtres. Et surtout, elles reconnaissent que leur croyance des ancêtres, arrive d'Afrique. Contrairement à l'Islam où on dit au croyant les mots et phrases à réciter pour son Dieu et aux Catholiques où on leur donne les noms des Saintes à prier et les noms des évêques et Papes à prier pour eux, ici chacun utilise ses mots dans sa langue pour parler à ses propres ancêtres. Dans les églises du Cameroun, on célèbre ce dimanche les ancêtres de nos bourreaux européens qui sont devenus des Saints, les vendredis dans les mosquées du Cameroun, on célèbre les ancêtres de nos boureaux arabes. Même si le temple Sintoïste de Tokyo est à plus de 15.000 km de mon village Batié et Bandjoun à l'ouest du Cameroun, il est paradoxoalement plus proche de ma spiritualité que les églises dans mon propre village. Comme à l'Ouest du Cameroun, au Japon, dans ces temples Shintoïstes, il n'y a ici ni Prêtre, ni Imam, ni Pasteur. C'est chacun qui s'adresse en toute intimité avec ses mots à ses propres encêtres, non pas pour demander quoi que ce soit, mais juste pour rendre compte et confirmer qu'il a été vertueux avec les autres comme ils l'attendent de lui. Ici finissent les similitudes avec l'Ouest du Cameroun. Contrairement à mes 2 villages de Bandjoun et Batié où ce sont les élites qui contruisent les temples chrétiens pour honorer les ancêtres de nos boureaux français et britanniques, ici, tous les temples shintoïstes sont financés par les industriels japonais. Ils sont convaincus qu'il n'y a pas de vrai industriel capable de faire long feu contre la déferlante des industriels occidentaux, sans une solide identité culturelle et spirituelle, qui serve de socle capable de protéger contre toute anticipation émotionnelle des redoutables concurrents occidentaux. Ce temple des photos se trouve au centre de Tokyo et est financé par le conglomérat japonais Hitachi, comme de la photo à l'entrée du grand parc naturel qui abrite ce temple, comme tous les temps shintoistes au Japon. Qui est Hitachi ? L'entreprise a été crée en 1910 comme tous les grands conglomérats japonais, par un ingénieur, celui-ci du nom de Namihei Odaira.
Lire le contenu