Professeur Jean-Paul Mira (Chef du service réanimation, Hôpital Cochin de Paris) : "Si je peux être provocateur, est-ce que l'on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n'y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation ? un peu comme c'est fait d'ailleurs pour certaines études, dont le sida ? Ou chez les prostituées, on essaye des choses parce qu'on sait qu'elles sont hautement exposées et elles ne se protègent pas. Qu’est-ce que vous en pensez ? ».  Réponse du Professeur Camille Locht (Directeur des recherches à l’Inserm de Lille) : « Vous avez raison, une étude en Afrique avec le même type d’approche est d’ailleurs en projet ».
Lire le contenu