Question : Pourquoi un dirigeant africain accepte-t’il sans réagir la prédation systémique du Franc CFA ? Réponse : Parce qu’il n’a aucune idée du mécanisme de construction d’une telle prédation que je vais vous expliquer maintenant. Le mode opératoire est connu d’avance : inciter les présidents naïfs africains à mettre la charrue avant les bœufs. Au Cameroun, les conseillers français ont fait croire à la partie camerounaise qu’il suffisait de créer autant d’entreprises publiques qu’on le désirait, sur un bout de papier, sans se préoccuper de leurs capacités à vivre et à résister à la force du marché. Dépourvus de capacités en Intelligence Economique et Stratégique et ne possédant aucune notion de Guerre Economique, le premier président du Cameroun s’est facilement laissé berner par la France, qui lui a fait croire l’impossible. Prenons l’exemple de la compagnie aérienne, dénommée Cameroon Airlines qui faisait la fierté de tout un pays. Oui, mais juste parce que c’est tout le pays qui était naïf, crédule, pour ne pas comprendre que dans l’ordre des priorités, ni en 1971 à sa création, ni aujourd’hui en 2022, le Cameroun n’a besoin d’une compagnie aérienne publique, tout simplement parce que non seulement il n’en a pas les moyens, mais aussi parce qu’il n’a pas les experts nationaux en Guerre Economique pour faire durer une telle compagnie et la rendre économiquement tenable, viable.
Lire le contenu