Dans la première partie des déclarations de l'industriel américain, sur l'égalité des chances, il s'agit bien évidemment d'un bluff, d'un mensonge portant à criminaliser et culpabiliser les pauvres en disant que s'ils sont pauvres, c'est bien leur faute, c'est à cause d'eux mêmes, c'est parce qu'ils sont stupides. La vérité est qu'on ne peut pas parler de mérite sans au préalable se demander si tous les citoyens partent dans les mêmes conditions. Ce n'est pas parce qu'on prétend que la course est de 100 mètres et qu'on décerne des médailles pour officialiser les résultats que cela va nous faire perdre de vue le fait de savoir si tout le monde était parti de zéro et au même moment. Sans cela, il s'agit d'un mérite purement de propagande, d'une course où certains partiraient en cachette à 50 mètres, d'autres à 90 mètres pour arriver au même point final de 100 mètres. La conséquence de tout ceci est que ce modèle démocratique offre aux Etats-Unis d'Amérique un triste record du nombre de citoyens américains en prison. Dans le monde, un prisonnier sur 4 est américain. Le vrai paradoxe de cette démocratie est qu'il s'agisse d'une valeur absolue et non d'une valeur relative, et à titre d'exemple, il existe plus d'Américains privés de liberté que de Chinois: selon les Nations Unies en 2010, dans le pays de la démocratie du mérite, (USA) il y avait 750 prisonniers sur 100.000 habitants, contre 110 prisonniers chinois sur 100.000 habitants, soit environ 7 fois plus.
Lire le contenu