A l'imprimerie du journal où Monsieur Biro travaille, comme il est curieux de nature et laisse rien passer, il va constater que l'encre avec lequel on imprime leur journal se sèche très vite, il n'y a donc pas besoin d'un buvard comme pour l'encre d'écriture. Il comprend donc que ce n'est qu'une histoire de différence d'encre. Avec son frère, ils décident d'utiliser l'encre pour l'imprimerie pour écrire sur le papier et ne plus faire usage d'un buvard. C'est un fiasco. Parce qu'ils n'avaient pas remarqué un détail : l'encre pour l'imprimerie est plus lourde et ne descend donc pas facilement de la plume. Alors, il a une idée : et si on la mettait dans un tube avec une bille au bout qui en tournant contraint l'encre lourde de descendre ? Aussitôt pensé, aussitôt fait. Le premier stylo à bille est né. A cause des lois raciale contre les juifs en Hongrie, il doit fuir son pays et se refugie dans un premier temps à Paris où il profite pour déposer son brevet. Mais lorsque la France est sous occupation allemande et pratique la même épuration contre les juifs, il émigre vers l'argentine en 1940. Il sera rejoint par son frère, 3 ans plus tard en 1943 et dépose un nouveau brevet la même année et crée en Octobre la première société de production de stylo à bille au monde. Ils très vite adopté par l'armée argentine, puis par les britannique et les américains.
Lire le contenu