En Allemagne, au Canada, en France, les dés sont déjà lancés depuis la révolution industrielle il y a 2 siècles. Et les meilleurs places ont déjà été occupées par des familles qui affichent fièrement sous leurs noms : SINCE 1800 (depuis 1800). Alors qu'on explique au chinois depuis l'enfance que cette écriture "Since 1800", signifie qu'il n'y a plus de gâteau à partager la-bas au Canada ou en Allemagne, l'africain croit toujours que grâce à la démocratie canadienne ou allemande, on peut mélanger encore toutes les cartes pour donner la chance aux nouveaux venus, les nouveaux migrants africains en Occident. Ce qu'ils ne savent pas, est que la stabilité démocratique partout dans ces pays dits riches est financée par ceux qui se sont déjà partagés tout le gâteau. Et donc, par définition, il n'y a plus rien à partager, rien à prétendre pour le pauvre. Le fils du pauvre à Berlin ou à Ottawa, restera à jamais pauvre malgré la démocratie et la bonne gouvernance affichée par la propagande. Et c'est ici en Chine, c'est aussi chez nous en Afrique qu'il est encore possible de changer de classe sociale, avec ou sans démocratie. Comme le vrai paradis pour un chinois se trouve en Chine, de même pour un Africain, le vrai paradis ne peut se trouver qu'en Afrique et nulle part ailleurs.
Lire le contenu